Les Éditions Extraordinaires
Votre compte
Newsletter/Contact
Espace Presse
Votre panier      
À propos Collections   Sciences+Conscience
editionsextraordinaires.fr/?news=84 Accueil > Projets

Thomas Campbell : Je venais juste de terminer mes études supérieures, une thèse sur la physique nucléaire expérimentale. J'ai commencé un travail dans le renseignement technique. Et j'y ai beaucoup appris. Le travail était de l'intelligence technique et mon patron m'a donné un livre, Voyages hors du corps, écrit par Robert A. Monroe. Mon patron me tend le livre et me dit « Tom, lis ceci. Je veux savoir ce que tu penses » parce que je suis juste le nouveau physicien et que je viens juste de sortir de l'école.

Je l'ai lu. Et ce que j'ai dit à mon patron était: eh bien, si ce type affabule pour vendre des livres, il a une bonne imagination. Mais si c'est réel, cela signifie qu'il y a une réalité qui est structurée et peut être comprise dont je ne sais rien, et c'est intéressant !

Mais comment le sauriez-vous? Comment savoir la bonne réponse ? Eh bien, quelques mois se sont écoulés et il se trouve que mon patron et d'autres ont découvert où vivait ce Robert A. Monroe. Et ça n'était pas si loin de là où nous travaillions, où nous vivions.

Donc, un plan a été échafaudé pour aller le rencontrer et j'étais impatient d'y aller parce que je voulais savoir, comme je le dis dans mon livre, si ce type était fou, ou quoi ? Nous y allons donc et je rencontre Bob Monroe, un homme d'affaires aisé. Il était très simple. Sa personnalité ressemblait plus à celle d'un ingénieur qu'à autre chose. Il était direct, très concentré, intelligent. Et il avait eu ces expériences hors du corps.

Ça lui avait fait une peur bleue. Il a essayé de ne pas les subir, mais il les faisait quand même. Ce n'était pas quelque chose qu'il voulait faire ou essayer.

Il avait environ 65 ans?

Tom: Non, il avait probablement plus la quarantaine quand cela lui est arrivé pour la première fois. Il n'a écrit le livre que plus tard, mais il avait probablement vers la fin de la quarantaine lorsque cela s'est produit, peut-être au début de la cinquantaine, et il était très simple. Il avait visiblement assez d'argent pour ne pas avoir à vendre de livre.

Il venait donc de construire un laboratoire pour étudier la conscience parce que cela lui était arrivé. Il savait que c'était réel parce qu'il l'avait expérimenté. Il l'avait subi, il l'avait testé et il était capable de se convaincre que c'était réel parce qu'il pouvait interagir avec des choses réelles et réaliser des effets et obtenir des informations qu'il pouvait vérifier ; donc, personnellement, pour lui, il ne faisait aucun doute que c'était réel, mais il savait que c'était difficile à croire pour quiconque. Il voulait donc faire ce laboratoire pour pouvoir le comprendre et transformer cela en science.

C'était son rêve. Faites en sorte que ce ne soit pas, comme on dit parfois, « perché », ce n'était pas une science perchée, c'était de la vraie science : c'est ce qu'il voulait. Donc, je me trouvais juste être là et être un jeune scientifique ; avec un autre boursier avec qui je travaillais, un ingénieur électricien, nous avons proposé de doter son laboratoire et de construire un équipement pour mesurer les fonctions du corps : GSR, EEG, ce genre de trucs, s'il acceptait de nous apprendre en retour ce qu'il savait sur la sortie du corps. C'était notre plan. Dennis et moi, nous avons parlé.

Aucun de nous deux n'était trop sûr que cela allait être une chose réelle. Nous avons donc tous les deux parlé et dit, eh bien, si cela se révèle être une folie, nous pouvons toujours partir. Nous ne sommes pas coincés ici. Nous avons donc dit « bien sûr, nous allons le faire ». Et cela a commencé : nous allions tous les deux rencontrer Bob Monroe et nous passions quelques heures à construire du matériel pour faire de nouvelles choses et expérimenter, puis, à la fin, une fois que nous avions terminé, il venait et nous passions une heure environ avec lui à apprendre comment faire l'expérience de ce système de conscience plus large.

 

Il a donc pu vous l'apprendre?

Tom: Oui! il a pu nous l'enseigner ; en un an, un an et demi, Dennis et moi accumulâmes des preuves, tout comme Bob l'avait fait, que cela était réel et il nous apprit à « sortir du corps ». C'est du moins le terme qu'on utilise, «hors du corps» n'est qu'une métaphore. Mais il nous apprit à le faire à volonté, quand nous le voulions. Et bien sûr, nous devions d'abord faire des choses que nous pouvions vérifier, car si vous sortez et faites quelque chose de totalement en dehors de cette réalité, il n'y a aucun moyen de dire si c'était réel ou si c'était votre imagination.

C'était donc sans équipement ? Cela venait juste de vous ?

Oui, en gros, nous étions dans des cabines isolées. Elles étaient entourées de tôle mise à la terre, donc il n'y avait pas de champs électriques. Elles étaient insonorisées. Il y avait trois cabines alignées et j'étais dans la première et Dennis était dans la dernière, donc avec une cabine vide entre nous.

Il y avait un microphone suspendu au plafond à quelques centimètres de nos lèvres. Nous mesurions la GSR, qui est une réponse cutanée galvanique sur nos doigts… et c'était à peu près tout ce qu'il y avait au laboratoire à l'époque.

Donc, nous allions chacun dans notre cabine qui était, comme je l'ai dit, insonorisée. Nous ne pouvions pas nous entendre, mais nous pouvions parler au micro ; Bob était dans la salle de contrôle : lui pouvait nous entendre, tous les deux. Alors, il nous donnait des instructions sur la façon de se détendre, quoi faire. Il nous apprit à faire ce qu'il avait fait, d'une certaine manière, pour finir par sortir du corps.

Il a une voix très hypnotique.

Tom: Il a une très bonne voix ! Ensuite, il enregistrait tout ; alors, il nous entraînait à sortir du corps et à en parler pendant notre « voyage ». Donc nous pouvions . . . c'est un peu difficile de le faire d'abord, mais une fois que vous avez appris cette compétence, vous pouvez être dans un autre cadre de réalité, mais toujours bouger la bouche et les lèvres et les cordes vocales et rapporter ce que vous vivez.

Et c'est pourquoi « hors du corps » est une approximation, car vous êtes toujours dans votre corps.

Tom: Oui. En effet, « hors du corps » est un terme impropre. Vous ne sortez pas de votre corps. C'est juste un terme que Bob avait donné et cela représente certaines croyances qui remontent, vous savez, à il y a 70, 80 ans à propos de l'âme étant dans le corps ou de la façon dont ils l'appelaient, un « corps astral » étant dans le corps et quitterait le corps, mais ça ne marche pas du tout comme ça. Mais c'est le terme consacré, « hors du corps ».

Donc, nous avons appris à « sortir du corps », et nous avons immédiatement travaillé uniquement sur des choses qui étaient prouvables, ce qui impliquait essentiellement la visualisation à distance : vous savez, nous allions dans des endroits et nous recevions des coordonnées ou ce genre de choses, puis nous disions ce qui y était, puis nous le vérifiions pour voir ce qui était vraiment là. Nous avons fait de la guérison à distance, quelques lectures de chiffres écrits sur un tableau noir dans une autre pièce, bien sûr écrits sur le tableau noir après notre arrivée dans la cabine. Bob pourrait parler à chacun de nous individuellement, ou à nous deux à la fois.

Nous étions donc complètement isolés alors que Bob pouvait nous entendre tous les deux.

J'ai entendu ces enregistrements.

Tom: Oui ! Ces enregistrements, vous pouvez toujours les trouver sur le Web, sur Internet. Ils sont toujours là. Ils sont vieux, on nous appelait les explorateurs et les vieilles cassettes d'explorateur avaient été enregistrées sur des cassettes bon marché. Bien sûr, il n'y a plus de cassettes.

Quoi qu'il en soit, nous avons appris ces compétences et mon travail de physicien était d'essayer de comprendre comment cela fonctionnait, car c'est ce que font les physiciens : un physicien modélise la réalité. C'est une sorte de définition de la physique, si vous voulez. Nous regardons la réalité, nous essayons de trouver des modèles qui expliquent comment cela fonctionne. Je devais donc trouver des modèles pour expliquer comment cela fonctionne.

Et j'ai travaillé là-dessus très longtemps parce que j'ai rapidement découvert que je pouvais obtenir des informations que je ne devrais pas avoir avec des moyens normaux : statistiquement, Dennis et moi avions fait ces choses encore et encore au point d'en être, vous savez, à une chance contre cinquante mille que ce que nous obtenions pourrait juste être du hasard. Vous savez comment cela s'appelle ? Une signification statistique : c'était très important. Nous savions donc intellectuellement que nous obtenions d'une manière ou d'une autre des informations qui n'auraient pas dû être disponibles par tout moyen normal.

Mais nous avions toujours un problème émotionnel. Vous savez, quand quelqu'un nous demandait, « eh bien, vous êtes vraiment sorti du corps ? » nous disions « Oh… non ! nous faisons des trucs vraiment étranges, nous obtenons beaucoup de bonnes données », mais c'était un peu délicat. Il est difficile de dire «oui» parce que c'était une chose tellement lourde pour nous et que nous étions tous les deux des scientifiques.

Donc, c'est plutôt « bien, oui, on dirait que c'est probablement ça. Mais nous ne savons pas vraiment comment cela fonctionne, nous ne savons rien à ce sujet, donc nous ne sommes pas vraiment sûrs de ce que nous sommes en train de faire. »  Nous le faisions parce que nous suivions les instructions de Bob, mais nous ne savions vraiment pas exactement comment nous le faisions ou ce qui se passait. Nous n'étions donc pas très à l'aise.

Une expérience que Bob a fait faire à Dennis et moi consistait à sortir du corps ensemble, quelque chose que Bob pensait être une expérience intéressante à tenter, parce que nous avions essayé beaucoup d'expériences différentes pour voir, vous savez, pour recueillir des preuves, parce qu'il sentait que nous devions nous rendre compte que c'était réel par nous-mêmes — nous le dire, ce n'était pas suffisant.

Donc, cette expérience : Dennis et moi devions quitter nos corps, nous devions monter au-dessus du laboratoire, puis dans l'air au-dessus du toit, nous retrouver, puis partir et avoir une certaine expérience où nous voulions, en plein air, faire ce que nous voulions. Nous l'avons donc fait. Et nous avons probablement passé deux heures dans cette expérience. Nous avons rencontré des gens, eu des conversations, résolu des choses, et nous nous parlions beaucoup.

Et donc… attention, cette conversation n'était pas matérielle. Je n'ai jamais rien entendu de ce que Dennis a dit, et il n'a jamais entendu quoi que ce soit que j'ai dit : nous étions dans des chambres insonorisées et Bob nous avait sur des canaux séparés et nous n'avons jamais été sur le même canal. Nous étions donc déconnectés l'un de l'autre, à la fois électro-magnétiquement et acoustiquement.

Quoi qu'il en soit, à la fin de tout ce que nous avons obtenu, nous sommes sortis de nos lits et avons un peu titubé vers la salle de contrôle ; Bob avait un très grand sourire sur le visage et il a dit : « Eh bien, vous pensez que vous étiez ensemble ? »

Nous nous sommes regardés tous les deux et j'ai dit : « eh bien, ça y ressemblait ». Et Dennis a dit la même chose. Alors il a dit « bien, écoutez ça ». Et il a lancé les deux magnétophones pour les jouer en même temps. Et là, Dennis et moi, nous parlions, répondant aux questions de l'autre, disant la même chose, et il était évident que nous étions ensemble. Nous étions dans d'autres cadres de réalité et nous vivions les mêmes choses !

Quel genre de réalité avez-vous vue ?

Tom: Oh, c'était… comme je l'ai dit, nous avons parlé. Nous avons parlé à des entités. Nous avons eu des conversations, nous avons vu des lieux, des bâtiments.

Donc pour vous c'était comme ici…

Tom: Pour nous, c'était comme ici. C'était comme ce buisson. C'était physique et nous le décrivions et nous nous signalions les choses : « Oh, tu vois ça ? »

Cela se passait comme ça : nous voyions quelque chose, Bob nous posait une question: « Eh bien, qu'est-ce qu'il y a devant vous ? » ou « qu'est-ce qui se passe sur votre gauche ? » parce que Dennis avait peut-être déjà dit quelque chose. Alors il me le demandait, je regardais et je lui disais ce que j'avais vu. Et puis je parlais à Dennis dans un état hors du corps ; dans cet état, bien sûr, je n'utilisais pas ma voix réelle : parler à Dennis dans un état hors du corps, c'était comme télépathique. Nous étions tous les deux hors du corps.

C'est peut-être un peu déroutant pour vos auditeurs. Mais quand je dis que je parlais avec Dennis, cela signifie que nous parlions avec Dennis par télépathie et hors du corps et nous nous disions : « As-tu vu cela ? » ou quoi que ce soit, donc nous ne nous parlons pas à travers les casques. Quoi qu'il en soit, nous sommes revenus et c'était la chose. Nous étions évidemment tous les deux quelque part et cela m'a frappé comme une tonne de briques parce que je suis d'un naturel très sceptique comme la science devrait l'être, comme un scientifique devrait être.

Je n'étais pas encore tout à fait prêt à admettre que ce que nous faisions était réel jusqu'à ce que cela se produise. Et pour moi, il n'y avait pas d'autre explication possible que le fait que nous étions dans une même cadre de réalité ensemble.

C'était donc la preuve pour vous ?

Tom: Je crois que ça l'était. Vous savez, Dean Radin a une jolie petite phrase. Il dit: « La science n'est pas basée sur les mesures. Les mesures, c'est pour le whisky. La science, c'est la preuve. «  Et c'est vrai.

C'était en quelque sorte la dernière goutte en ce qui concernait les preuves. J'avais beaucoup de preuves, mais je n'avais accepté cela qu'au niveau intellectuel. Je l'ai alors accepté au niveau émotionnel. Ce fut la dernière goutte pour y arriver. Il n'y avait donc pas d'autre explication que le fait que nous étions ensemble dans une autre réalité et que nous l'avions fait ensemble, donc ça ne pouvait pas être une hallucination.

Et une illusion ne pouvait pas être interactive comme ça, si nous hallucinions. Vous voyez, la seule façon dont nous pouvions être interactifs comme cela, c'est si c'était réel : nous étions là en train de vivre l'expérience. Sinon, vous pourriez dire, eh bien, c'était votre imagination. Mais non, nous ne pouvons pas avoir chacune de nos imaginations interagissant l'une avec l'autre, vous voyez ! Il n'y a aucun moyen de s'en sortir. Il n'y a aucun moyen que ce soit une hallucination, votre imagination, etc.

C'est pourquoi j'étais un peu piégé émotionnellement pour admettre que « oui, c'est réel ». Et ce fut révolutionnaire, ce fut vraiment important pour moi.

Après cela, je n'ai plus beaucoup posé la question « est-ce réel? ». Je posais juste la question « Que se passe-t-il ici? Que faisons-nous? Pourquoi éprouvons-nous ce phénomène? » Et j'ai passé les 35 années suivantes à essayer d'y répondre. Et finalement, j'ai pensé que je comprenais assez bien, et j'étais arrivé à une théorie qui expliquait tous les ensembles de données. Alors, j'ai commencé à écrire des livres. Et c'est la trilogie My Big TOE (Ma très vaste théorie du tout), qui a été publiée en 2002-2015 (en 2019-2021 en français).

Et depuis, bien sûr, j'ai encore appris. Et l'une des choses intéressantes, c'est que j'avais écrit ces livres comme explication de la conscience. C'était une théorie de la conscience et c'est de cela qu'il s'agissait au départ. Après les avoir écrits et publiés, cela faisait probablement environ un an, j'ai réalisé que ces mêmes concepts, cette même logique qui explique la conscience, expliquait aussi la physique. Je ne les avais pas écrits pour expliquer la physique, mais ils le faisaient.

Et alors j'ai réalisé, eh bien, ça alors ! Cette logique explique l'expérience de la double fente. Cette logique explique pourquoi la vitesse de la lumière est constante.

Ce sont deux gros problèmes en physique. La première, l'expérience de la double fente, aboutit à la conclusion que les particules ne sont pas vraiment des particules, des particules ayant une masse, mais sont des distributions de probabilité, parce que si vous ne les considérez pas comme des distributions de probabilité, vous ne pouvez pas calculer la bonne réponse.

Alors que si vous les considérez comme des distributions de probabilité, vous pouvez prédire ce que ces particules vont faire. Ceci dit, personne ne savait pourquoi elles devraient être considérées comme des distributions de probabilité.

Ensuite, la vitesse de la lumière : c'est la base de la relativité. Donc, ces deux gros problèmes en science avaient des soucis d'explication. Les distributions de probabilité ? Totalement inconnues. Nous savons simplement que si nous l'utilisons, la relativité existait ; pourquoi la vitesse de la lumière est-elle constante ?

Pour tout ce qui concerne notre réalité, la vitesse à laquelle on se déplace est relative à la vitesse à laquelle la plate-forme se déplace elle-même. En d'autres termes, si vous êtes dans une voiture, qui roule à 10 km/h et vous ouvrez la fenêtre, prenez une balle et la lancez vers l'avant de la voiture à 10 km/h, la balle ira à 20 km/h parce qu'elle a 10 km/h de la voiture et 10 de votre main. On les ajoute. Mais la lumière ne fait pas cela. Peu importe la vitesse de la plate-forme, de la source de lumière, la lumière voyagera toujours à la même vitesse. Rien d'autre dans l'univers ne fait ça. Et c'est un grand mystère. Pourquoi donc ?

Eh bien, j'ai réalisé que ma théorie de la conscience expliquait ces deux choses. Puis j'ai commencé à y réfléchir un peu plus, et cela expliquait aussi beaucoup d'autres problèmes scientifiques.

Nous avons un problème scientifique avec l'univers qui se développe. Il n'est pas seulement en expansion ; l'expansion elle-même s'accélère. Et la question est, eh bien, si notre univers est toute la réalité qu'il y a, si cet univers est toute la réalité, alors vers quoi nous étendons-nous ? Comment pouvons-nous nous développer dans rien ? D'où vient tout l'espace supplémentaire ? Qu'est-ce qui fabrique l'espace supplémentaire qui remplit ce plus grand volume à mesure qu'il grandit ? Il existe beaucoup de ce genre de questions auxquelles on ne peut pas répondre.

Et il y a des questions comme, par exemple, qu'est-ce que la masse, la charge, l'espace, le temps, la rotation, la gravité, et d'où viennent ces choses ? Ce sont toutes des choses fondamentales en physique. Et toute la physique est basée sur la compréhension des interactions entre elles. Mais toutes ces choses fondamentales n'ont aucune source. Elles n'ont aucun lien causal, aucune chaîne causale. Qu'est-ce qui fait la masse ? Qu'est-ce qui fait la charge ?

Eh bien, nous pouvons décomposer la charge, nous pouvons dire que la charge d'un électron provient des quarks, mais qu'est-ce qui fait la charge des quarks, demandez-vous ? Eh bien, personne ne le sait. Ainsi, les choses les plus fondamentales en physique n'ont pas de chaîne causale. Elles existent, c'est tout.

Pareil avec le Big Bang. D'où est venue cette boule de plasma qui a explosé ? Ensuite, l'évolution de l'univers vous dira comment ce plasma s'est développé : il a refroidi les soleils, formé les soleils, formé les planètes, et nous nous retrouvons avec notre système solaire, nous, et ainsi de suite, et il a juste évolué hors de cet univers.

D'où vient ce plasma en boule ? Certainement pas de notre univers, puisque notre univers n'existait pas. Et pourquoi cette boule de plasma était-elle juste là, à attendre ? Avec toute cette température et cette pression, comment est-elle arrivée et qu'est-ce qui contenait tout cela ? Parce qu'alors, au début des temps, elle explose, c'est ça ? Elle se dilate sous très haute pression et très haute température. Mais comment est-elle arrivée là, et s'est installée là en attendant le début des temps ? Donc, nous avons tous ces problèmes en physique, tous ces paradoxes qui n'ont tout simplement pas de réponses.

Et cette théorie de la conscience répondit à chacun d'eux. Logiquement, sans problèmes difficiles ajoutés, sans hypothèses supplémentaires et avec seulement deux prérequis : la conscience existe. Et l'évolution existe. Tout le reste est une dérivation logique.

J'ai donc été surpris. Je suis physicien. Sans cela, je n'aurais pas remarqué les connexions, mais j'ai remarqué ces connexions et elles m'ont surpris. Et puis j'ai commencé à penser à d'autres choses, comme l'effet tunnel, et beaucoup de ces paradoxes en physique. Cela pouvait les expliquer. Alors j'ai commencé à réaliser que cela expliquait aussi d'autres types de paradoxes.

Des paradoxes en philosophie : pourquoi sommes-nous ici ? Quel est le sens de la vie ? Quel est l'intérêt de cet univers ? A-t-il un but ? Avons-nous un objectif, ou subissons-nous uniquement des choses aléatoires et sommes-nous ici par hasard, sans aucun objectif ? Quelle est la cause du temps ? D'où vient le temps ? Voilà une autre de ces choses de base qui, eh bien, existe juste.

Il s'est donc avéré que la science est basée sur beaucoup de choses que nous ne comprenons pas à la base, ce qui ne vous donne pas vraiment un sentiment de plénitude face aux conclusions si à la racine c'est plutôt flou : nous ne savons pas, on sait juste que cela existe… Alors peut-être que la plupart des autres conclusions que nous posons sont également suspectes.

Voilà donc comment un gentil physicien comme moi s'est retrouvé dans un endroit comme celui-ci, parler de la conscience et de la réalité plus large. J'ai donc compris cela, et cela fonctionne. Cela relie tous les points, pour autant que je sache. Je continue de chercher des points déconnectés.

De temps en temps, quelqu'un m'indique quelque chose comme ça. Alors, si j'y réfléchis un peu, je vois comment cela s'intègre parfaitement dans la théorie. Ce qui est bien, c'est que c'est simple. Ce n'est pas si difficile. Il faut beaucoup de temps pour dériver tout cela logiquement. Nous aurions besoin de parler pendant probablement 8 ou 10 heures pour que je vous donne une dérivation logique de cela, mais une fois que vous l'avez compris - et c'est seulement parce qu'il vous faudra autant de temps pour passer à travers les changements de paradigme nécessaires -, une fois que vous avez traversé le changement de paradigme, tout devient simple.

C'est vraiment simple. Mais les grands changements de paradigme ne sont pas faciles. Vous devez vraiment conduire les gens lentement à travers le processus logique avant que le changement de paradigme ne devienne apparent.

Et c'est probablement parce que nous apprenons les choses à l'envers.

Tom: Oui, simplement par notre culture, nous apprenons que la réalité physique est ce qui est fondamental. Tout le reste est dérivé de la réalité physique. Personne ne nous a fait asseoir et fait mémoriser cela, mais nous le comprenons tous. C'est ainsi et c'est très difficile de penser en d'autres termes. Mais il s'avère que notre réalité physique n'est pas fondamentale.

Notre réalité physique est virtuelle. Et, en 2002, lorsque mes livres ont été publiés, moi-même un autre physicien, le Dr Edward Fredkin, et quelques autres personnes, étions les seules que j'ai pu trouver n'importe où sur Internet qui pensaient que la réalité virtuelle était une bonne idée, était la vérité. C'était il y a plus d'une décennie.

Aujourd'hui, la réalité virtuelle, et j'entends par là que notre univers est basé sur l'information, qu'il est basé sur de l'information, qu'il est calculé, cela signifie qu'il est une simulation, cela signifie qu'il est une réalité virtuelle, c'est ce que nous entendons par réalité virtuelle…

C'est comme un univers calculé. Et l'information est vraiment à la base de tout cela.

C'est comme un jeu.

Tom: C'est comme un jeu. C'est comme World of Warcraft ou les Sims. C'est un jeu de réalité virtuelle. Eh bien, si vous avez un jeu, vous devez avoir un but. Vous ne faites pas simplement un jeu sans raison. Et vous devez avoir un processus qui fonctionne bien. Je le sais, et ma théorie de la conscience explique ce jeu, et comment cela s'est produit. Et pourquoi ça devait finir comme ça, parce que ce n'est pas seulement que j'invente ce truc de jeu, mais que je commence par mes deux hypothèses de conscience et d'évolution.

Tout le reste est, comme je l'explique, une dérivation logique. Donc, le but du jeu doit être cette raison, sinon la logique ne fonctionne pas, et le processus doit être ce qu'il est, car ce n'est que le résultat d'un processus logique. Donc, rien de tout cela n'introduit de nouvelles hypothèses étranges. Aucun nouveau problème difficile, aucun nouveau paradoxe n'est créé. Cela répond simplement au problème posé.

Voilà donc ce que j'ai fait et d'où je viens. Pourquoi je parle de réalité virtuelle. Je viens de terminer un atelier ici avec environ 80 personnes, et c'est comme à chaque fois. La plupart des gens arrivent avec l'idée suivante : « C'est vraiment bizarre. C'est étrange, mais ça m'intéresse. » Parce qu'ils s'intéressent à la nature de la réalité et à son fonctionnement, à leur rôle et à ce qu'ils devraient faire pour mieux y participer. Et généralement, au moment où j'arrive vers la fin, et je leur décris principalement un processus logique, quasiment tout le monde comprend. Ce n'est donc pas si difficile. Vous n'avez pas besoin d'un diplôme en sciences pour l'obtenir. Cela a du sens pour moi parce que si vous savez, si vous comprenez vraiment une solution fondamentale, vous devriez pouvoir l'expliquer à n'importe qui.

Toute personne raisonnablement intelligente devrait pouvoir la comprendre. Si vous devez être mathématicien ou physicien, si vous avez besoin de cinq pages de mathématiques pour l'expliquer, ce n'est probablement pas une vérité fondamentale. Vous pouvez toujours être dans le vrai, mais ce n'est pas fondamental.

Les choses fondamentales doivent être simples. Elles doivent être assez simples au niveau fondamental, on doit trouver de grands concepts. Maintenant, ces principes fondamentaux peuvent être dérivés et faire toutes sortes de choses compliquées qui nécessitent quatre pages de mathématiques pour l'expliquer.

Mais les choses très fondamentales sont simples à la racine. Des choses simples, basiques et qui ne sont pas si difficiles à comprendre, une fois que vous pouvez dépasser le changement de paradigme. Le grand changement de paradigme est ici qu'il s'agit d'une réalité virtuelle. Aujourd'hui, probablement 20 à 30% des physiciens pensent que c'est une bonne idée.

Parce que leurs expériences les forcent à penser que c'est une bonne idée. Ils font maintenant des expériences au CERN. Ils ont fait des expériences où ils regardaient le Hadron. Ils l'appellent la particule de Dieu, le boson de Higgs. Et vous pouvez aller sur YouTube et écouter certains de ces scientifiques parler parce que beaucoup d'entre eux ont été interviewés parce que les Higgs posaient un gros problème, vous savez. Vers 2013, beaucoup d'articles, beaucoup d'interviews ont été diffusés.

Et ce que vous entendez, c'est qu'on pensait à un électron comme un morceau de charge, de masse.

Mais on n'en parle plus comme ça. Nous parlons maintenant d'électron comme d'un point, avec des attributs de masse et des attributs de charge. Eh bien, si vous allez simuler un électron dans un ordinateur, vous le simulez comme un point avec les attributs de masse et de charge. Ils doivent donc aborder la physique comme une réalité virtuelle basée sur des informations, des attributs, des informations. Pas d'un point de vue matérialiste de la masse et de l'espace… L'espace est un calcul.

Et la mécanique ondulatoire a ses propres informations.

Tom: Oui, et vous découvrez, quand vous regardez la mécanique quantique, vous vous rendez compte que la chose fondamentale à la racine qui fait la différence, c'est l'information ; l'information est la clé. Ainsi, les expériences de physique moderne entraînent la théorie de la réalité virtuelle. C'est là que se trouvent les réponses. Et c'est ce que vous devez comprendre si vous voulez comprendre les résultats des expériences.

On est donc passé de « personne ne prend cela au sérieux » à un véritable concept sérieux au sein des départements de physique du monde entier. C'est bien. C'est bon pour vous, car c'est ainsi que fonctionne cette réalité.

Donc, étant donné qu'il s'agit d'une réalité virtuelle, commençons avec cette hypothèse, juste pour cette discussion. Que c'est une réalité virtuelle. Ensuite, toute la réalité virtuelle fonctionne de la même manière, a la même structure. Il y a en fait des différences, mais la structure fondamentale d'une réalité virtuelle est la suivante. Et je vais utiliser le jeu vidéo comme World of Warcraft comme un moyen d'en parler.

Dans un jeu vidéo comme World of Warcraft ou Fortnite, il y a deux choses importantes à noter.

L'une est qu'il y a trois composantes. L'un des composants est l'ordinateur ; il y a un ordinateur qui calcule la réalité virtuelle. Le deuxième élément est la réalité virtuelle elle-même : c'est la réalité calculée et c'est sur un disque dur. C'est une réalité dynamique, mais ce ne sont que des données, des informations sur le disque dur. Et puis, le troisième composant est le joueur.

Une réalité virtuelle nécessite un ordinateur et un joueur. Et en fait, l'ordinateur et le joueur sont les deux seules parties actives. L'ordinateur crée donc la réalité virtuelle et le joueur regarde les données ; il envoie ces données au joueur, le joueur les affiche et les interprète. Et dans ce cas où le jeu génère un tas de pixels, le joueur regarde les pixels, interprète ce que cela signifie, puis fait des choix. Le joueur décide de se faire courir ou de rester ou combattre, ou quoi que ce soit d'autre. Le joueur renvoie ces choix à l'ordinateur, l'ordinateur les met en oeuvre.

Et les visuels ? C'est de l'informatique. Ainsi, les elfes courent ou se battent ou quoi qu'on leur dise de faire et renvoie ces données au joueur pour lui montrer ce qui se passe. Le joueur fait de nouveaux choix. C'est donc vraiment un échange de données entre le lecteur et l'ordinateur. La réalité virtuelle elle-même n'est qu'une information sur un disque dur quelque part, qui ne cesse d'être mise à jour de temps en temps.

La deuxième chose à comprendre à ce sujet est que l'ordinateur et le lecteur ne peuvent pas être à l'intérieur de la réalité virtuelle en cours de calcul. Maintenant, cela signifie que l'elfe dans World of Warcraft, la carte ou le monde de Fortnite est cette réalité. C'est le cadre de réalité du jeu. L'ordinateur ne peut pas être à l'intérieur de ce cadre de réalité, car une simulation ne peut pas se simuler elle-même.

Donc, l'elfe ne va jamais regarder autour de lui dans la réalité du jeu et trouver l'ordinateur qui le calcule. Pour l'elfe, l'ordinateur n'est pas physique. Pour l'elfe, la carte de World of Warcraft est physique. Si l'elfe tombe dans un arbre, il rebondit. Il doit ouvrir des portes et les franchir. Il ne traverse pas les murs donc il vit dans une réalité physique. L'ordinateur n'est pas physique pour lui.

Et le joueur?

Tom: Et le joueur est non physique pour lui exactement de la même manière. L'ordinateur et le lecteur doivent être dans le même cadre de réalité, car ils échangent des données.

Donc vous voulez dire que le joueur est … ?

Tom: Oui, le joueur est la personne avec le clavier et le joystick et le moniteur, qui joue l'elfe. L'elfe est leur avatar et le joueur est celui qui prend les décisions. L'elfe lui-même ne prend aucune décision. C'est juste des données sur un disque dur quelque part. C'est une réalité virtuelle. Le joueur est cet avatar virtuel ; sa conscience. Le joueur remplit donc la fonction de conscience pour l'elfe.

Donc l'elfe reste assis là et ne fait rien jusqu'à ce que le joueur fasse un choix : courir, rester, se battre, sauter, danser, peu importe, quoi que ce soit. L'elfe fait cela quand sa conscience (le joueur) lui dit de le faire. Mais ce qui se passe en fait, c'est un échange entre le joueur et l'ordinateur. Le lecteur et l'ordinateur doivent être dans le même cadre de réalité, car vous n'échangez pas de données directement entre des cadres de réalité, des réalités différentes. Les données ne circulent pas. Voilà ce que signifie « la réalité » : vous êtes dans un contenant.

Alors, de quelle réalité parlez-vous, si nous sommes dans un jeu ?

Tom: Bien. Donc, vous voyez, nous venons de faire remarquer que dans toute réalité virtuelle - c'est sa façon d'être, pas seulement pour Fortnite ou World of Warcraft, c'est la nature fondamentale d'une réalité virtuelle - que dans une réalité, du point de vue de l'intérieur de cette réalité, le joueur (qui est la conscience contrôlant l'avatar) et l'ordinateur ne sont pas physiques : ils existent dans un autre cadre de réalité. Et cet autre cadre de réalité est le même pour les deux. Ils existent tous les deux dans une même réalité, un cadre de réalité.

Maintenant, un autre point est que la conscience est une information. Cela peut sembler étrange aux gens, mais si vous y réfléchissez, de quoi êtes-vous conscient? Quelle est votre perception de votre conscience ? Comment « avez-vous conscience » ? Vous obtenez des données de vos sens. Vous obtenez des données auditives, vous obtenez des données visuelles, vous obtenez des données olfactives, vous obtenez des données tactiles, vous obtenez toutes ces données de vos sens.

Vous prenez ces données et vous les interprétez comme quelque chose, tout comme le joueur interprète tous les pixels de son écran plat devant lui comme étant cette réalité. Nous prenons toutes ces données de nos sens et les interprétons comme étant cette réalité physique. Nous.

Maintenant, nous devons définir qui est ce « nous ». Venons-en donc à cette réalité. Si, comme la physique nous dit maintenant, la réalité est virtuelle, alors ce que nous considérons comme physique n'est que des informations sur un ordinateur. Donc, ce qu'ils disent est que cela semble basé sur de l'information. Et que notre conscience est dans un autre cadre de réalité, autre que celui-ci. Et l'ordinateur est également dans ce même cadre de réalité que cette dernière. Eh bien, nous savons que la conscience concerne l'information. C'est le traitement de l'information, la prise d'informations puis leur interprétation comme une réalité. Nous savons que les ordinateurs sont des processeurs d'information parce que nous savons que c'est ce que font les ordinateurs.

Ils sont tous les deux dans la même réalité et il est donc logique que l'ordinateur et la conscience soient connectés d'une manière ou d'une autre. Eh bien, ils communiquent, non? Ils doivent être connectés. Ils communiquent.

Vous supposez donc que la conscience est le joueur ?

Tom: En effet ! Disons donc que la conscience est le joueur et lorsque vous êtes le joueur de World of Warcraft, vous êtes la conscience de l'elfe. La conscience ne peut pas être sur un disque dur. Cela n'a aucun sens. La conscience fait des choix. Les données sur un disque dur ne font pas de choix.

La conscience doit être dans un autre cadre de réalité. Il est donc facile de voir dans World of Warcraft que la conscience et l'ordinateur sont dans le même cadre de réalité et que l'elfe est dans un cadre que l'elfe trouve physique, mais que l'elfe n'est qu'une information.

Ce ne sont que des informations sur un disque dur. Cela a donc du sens. Mais maintenant, nous extrapolons cela à notre réalité. Nous voici dans cet univers physique ; c'est juste une réalité virtuelle. Qu'est-ce que ça veut dire? Cela signifie que notre conscience est dans un autre cadre de réalité qui n'est pas physique pour nous, que l'ordinateur est dans un autre cadre qui n'est pas physique pour nous et qu'ils sont tous les deux dans le même cadre. Ce sont tous deux des processeurs d'information. Nous pensons donc que cet autre cadre de réalité est ce que j'appellerai le système organisé de conscience.

C'est un système d'information numérique et une partie de ce système d'information numérique sert d'ordinateur. Une autre partie de ce système d'information numérique sert de conscience.

En tant que joueur ?

Tom: En effet, il sert de joueur au jeu.

Et cet ordinateur pourrait être aussi éloigné de notre réalité que le sont un homme et celle simulée dans un de nos ordinateurs ?

Tom: Bien sûr. Et ce système de conscience plus large, au fur et à mesure de son évolution… Bon, je peux peut-être l'aborder rapidement. L'évolution d'un système d'information est basée sur l'abaissement de l'entropie des informations. Dit autrement, s'il n'y a pas d'information, cela signifie que tous les bits sont aléatoires. Ce n'est pas une information. Si certains de vos bits sont structurés, dans un motif, avec dessein, pour signifier quelque chose, vous avez alors une information. On voit une structure d'information.

La structure s'oppose au hasard. Si cette structure disparaît et qu'il n'y a rien de plus que le hasard, l'information disparaît. Ainsi, un système d'information évolue, crée des informations plus utiles et plus significatives ; c'est ainsi que vous évoluez en tant que système d'information : en diminuant l'entropie, en changeant des bits aléatoires en bits structurés, significatifs et signifiants. Nous avons donc ce système de conscience plus large et ce qu'il essaie de faire : évoluer. Et la façon dont il évolue est très semblable à la façon dont notre biologie a évolué. Elle a évolué grâce à l'expérience. Mais si c'est juste une chose monolithique, l'expérience est très limitée. Donc, tout comme notre biologie, elle s'est brisée en petits morceaux, tout comme nous avions une cellule et ensuite nous avions des choses à plusieurs cellules, vous savez, des animaux à plusieurs cellules puis des créatures. Et c'est pareil ici.

Donc, ce système conscient évolue, s'est brisé en morceaux afin que ces morceaux puissent interagir les uns avec les autres. Eh bien, cela donne beaucoup de sens. Le diviser en morceaux offre beaucoup de nouveautés, beaucoup d'interaction, beaucoup de nouvelles façons d'interagir parce que maintenant ce sont des morceaux, chacun avec du libre arbitre, interagissant avec d'autres morceaux et il est vraiment difficile de dire comment ça va finir parce qu'ils ont tous du libre arbitre. Qui ? C'est nous ! Nous sommes ces unités individuelles de conscience. Pas notre corps : notre conscience. Notre conscience est dans cette réalité non physique avec cet ordinateur non physique, que nous appelons tous conscience. Et ce corps, ce buisson, et tout ici bas dans notre univers physique, est virtuel.

C'est une réalité virtuelle. C'est ce que nous disent les expériences de physique. Elle est basée sur des informations.

Ce n'est pas ce que nous croyions. C'est basé sur de l'information. Nous voici donc ici. Nous ne sommes pas la réalité fondamentale. Nous ne sommes qu'une réalité virtuelle.

Et nous… qui sommes-nous ? Sommes-nous notre corps ? Personne ? Non, tout ceci est faux. Nous sommes la conscience. Nous sommes la conscience et nous obtenons des données. Comme un flux de données provenant d'un ordinateur que nous interprétons comme cette réalité. Voilà, c'est en quelques mots ce que ma théorie dit.

Quel est le résultat pour soi, quand on s'en rend compte ?

Tom: Eh bien, quand vous vous en rendez compte, vous réalisez maintenant qu'il y a un but à tout cela. Le système de conscience plus large doit réduire son entropie pour survivre, car si vous ne travaillez pas sur quelque chose…

Si vous ne travaillez pas à réduire l'entropie, l'entropie ne fera qu'augmenter.

Pour réduire l'entropie, vous devez continuer à faire un effort pour la réduire. Le système doit donc continuer d'évoluer pour réduire l'entropie. Donc il se sépare pour avoir toutes ces pièces pour se donner de la nouveauté. Alors maintenant, nous avons un but. Eh bien, quel est notre but ? Notre objectif ici est de réduire l'entropie. Alors, qu'est-ce que cela signifie ? Dans un système social où vous avez des entités en interaction et que leur travail consiste à réduire l'entropie, il s'avère qu'elles le font le plus efficacement dans leur interaction sociale grâce à la coopération, à la bienveillance. Vous et moi appelons cela… je le classerais sous « amour ». La compassion et la coopération, à mon avis, sont deux des principales idées.

À l'opposé des possibilités, la façon dont ils pourraient interagir serait la peur. La peur est l'opposé de l'amour. Et si vous aviez un système social et que toutes les pièces interagissaient avec la peur, cela augmenterait l'entropie. Avec la peur, il n'y a pas de confiance, avec la peur, tout tourne autour de moi-même ; c'est moi contre tout le monde ; ce que je peux obtenir et comment je peux le conserver. Et j'ai du mal à le garder. C'est une sorte de loi du monde de la jungle. Alors moi et les autres nous réunirons pour former une petite défense mutuelle afin que nous puissions garder nos affaires et que nous ne nous volions pas les uns les autres, et que les autres défenses mutuelles fassent des pactes, et puis il y a la guerre entre ceux-ci et vous. Vous réalisez que je décris un peu le monde où nous vivons, non ? C'est la réalité basée sur la peur.

Eh bien, cela n'est pas constructif. Cela ne développe rien de bon, parce que si quelqu'un construit quelque chose, quelqu'un d'autre le refuse ou s'en débarrasse et le reprend ou quelqu'un d'autre le démolit. Vous voyez qu'il y a tout ce « à moi, donnez-moi » qui se passe et qui ne produit pas de baisse d'entropie, mais au contraire produit une entropie plus élevée.

Coopération : comment pouvons-nous aider ? Comment pouvons-nous travailler ensemble pour produire quelque chose qui optimise les interactions des systèmes sociaux ?

Ainsi, notre but devient alors : devenir l'amour ; devenir coopératif, devenir bienveillant.

Tenir davantage compte des autres que de soi-même. Cela devient alors notre objectif en tant qu'unités de conscience individualisées.

Donc, cela finit par expliquer notre réalité virtuelle, qui devait être une école pour des unités de conscience individualisées. Pourquoi avons-nous besoin d'une école? Eh bien, sans cette réalité virtuelle, que serions-nous ? Nous serions un groupe d'unités de conscience individualisées qui bavardent les unes avec les autres.

Pensez à un groupe de discussion avec, en gros, 7,5 milliards de personnes dans la discussion ? Pas de règles, juste le groupe de discussion. Et nous sommes censés définir les choix que nous faisons dans cette salle de chat et en sortir grandis ? Non, il n'y a pas de traction.

Comment pouvez-vous grandir quand vous ne savez pas si quelqu'un vous dit la vérité ni quel est l'effet des informations que vous envoyez ? On ne connaît pas l'effet des informations qu'on reçoit… il n'y a tout simplement pas de traction, pas de rétroaction dans le système.

Non, la façon dont vous obtenez un retour d'information consiste à établir des règles : rendre le système tel qu'il y ait des contraintes dans le système et comment les gens doivent y faire face, et en faire un jeu multijoueur, afin qu'ils interagissent les uns avec les autres et doivent gérer les contraintes des uns et des autres.

Donc, plus vous créez de règles, plus vous établissez de règles strictes, plus cela ressemble à du physique. Nous sommes donc dans un ensemble de règles qui est assez serré, ça s'appelle notre physique, c'est l'ensemble de ses règles. Et nous ne pouvons interagir ici qu'en fonction de notre ensemble de règles.

Je ne peux pas sauter à cent mètres en l'air, car les règles du jeu ne le permettent pas. C'est ce genre de loi. Nous devons donc respecter notre physique. Alors, où cela nous place-t-il, nous, notre corps, nos systèmes physiques ?

Nos corps et nos systèmes physiques sont des avatars. De simples informations sur un disque dur. Notre conscience n'est pas physique pour nous, mais c'est en fait une réalité plus fondamentale que cette réalité-ci. Nous ne sommes donc pas dans la réalité fondamentale, nous sommes dans une réalité informatique. Notre conscience est la réalité fondamentale. Nous sommes ici pour pouvoir faire des choix, car par les choix que nous faisons, nous augmentons ou diminuons l'entropie. Si nous voulons faire évoluer notre conscience, et je veux dire par cela impliquer la qualité de notre conscience, nous devons diminuer l'entropie.

C'est ce que fait ce système. Voilà comment le système reste en vie. C'est ainsi qu'il diminue son entropie.

Nous avons donc un travail à faire. Et c'est de se rapprocher de l'amour. Maintenant, comment on s'y prend ? Nous devons passer rapidement en revue les parties de la théorie… Comment le fait-on ?

Eh bien, on comprend que si vous êtes dans un jeu de réalité comme le nôtre, et que vous êtes à l'école - vous pouvez l'appeler un système d'entraînement de réduction d'entropie -, vous savez, c'est comme un entraîneur de vol que les pilotes utilisent, c'est un entraîneur de réduction d'entropie. Si vous augmentez l'entropie, vous allez dans la mauvaise direction. Vous créez un problème plutôt qu'une partie de la solution. Et quand vous faites cela, les choses ne fonctionnent pas très bien.

Si vous êtes dans World of Warcraft et que vous ne jouez pas correctement le jeu, vous faites des choses qui sont toutes contre-productives, et vous n'arrivez nulle part. Vous voyez, le jeu est conçu pour une raison.

Nous avons donc peur. La peur crée deux autres choses : elle crée l'ego - je veux, j'ai besoin - et elle crée des croyances. Si vous avez peur de devoir savoir quelque chose d'important que vous ne le savez pas, eh bien, vous pouvez facilement le croire, parce que la peur de l'inconnu est pire que de simplement y croire. Nous créons donc beaucoup de croyances avec nos peurs.

Donc, l'ego, la peur et les croyances sont ce que nous devons surmonter. Et à mesure que nous les surmontons, nous faisons évoluer la qualité de notre conscience.

Ainsi, les individus qui ont une conscience de meilleure qualité ont tendance à vivre dans un état de bonheur. Ils aiment la vie, l'amour, prendre soin des autres. Ce sont des gens très positifs, et il leur arrive principalement des choses positives.

Les gens qui sont liés à leur peur, à leur ego et à leurs croyances ont tendance à être des gens malheureux, ou un peu misérables, parce qu'ils essaient de nager à contre-courant, d'une certaine manière. Ils font la mauvaise chose dans cet entraîneur de réduction d'entropie.

C'est donc comme dans un jeu où il y a des règles et où vous pouvez gagner des parties ou en perdre ?

Tom: Oui, il y a un jeu, il y a des règles, et c'est comme ça qu'il fonctionne. Donc, quand vous êtes votre ego, cela vous cause des problèmes. Il n'est question que de vous ? Vous ne serez probablement jamais une personne très heureuse. Si si ce que vous faites dans la vie est de manipuler les autres pour qu'ils soient comme vous en avez besoin, de manipuler les événements et les choses et les personnes et les processus pour être comme vous croyez le mieux, pour être comme vous le souhaitez, alors vous êtes motivé par votre peur et votre ego. Vous ne serez pas une personne très heureuse. Vous serez toujours frustré parce que lorsque vous essayez de manipuler des choses, vous ne pouvez pas réussir.

Vous voyez, cela ne réussit jamais, vous essayez et essayez et essayez mais cela n'arrive jamais ; les choses, les gens et les processus font toujours autre chose que ce que vous voulez. Et vous ne pouvez jamais passer d'ici à là-bas, vous êtes frustré, vous n'êtes pas satisfait, malheureux, en colère… ce n'est pas une vie très agréable.

Et vous voulez dire que ces règles sont ancrées dans la théorie et dans la physique que vous avez découverte ?

Tom: Oui, ces règles sont la nature de la réalité.

Donc, fondamentalement, l'idée que nous sommes ici pour réduire l'entropie fait partie de la théorie qui explique la conscience. Cela explique également la physique. Je montre que nous dérivons la physique de cette théorie.

Nous avons un but, et ce but est de grandir. Et la morale fait partie de cet objectif. Nous revenons au droit du bien contre le mal, qui est le thème de tout. Oui, c'est un thème de tout : notre littérature, nos pièces de théâtre, tout ce que nous faisons, c'est le bien contre le mal, c'est le sujet.

Et bien, c'est ça le truc : dites-vous que le bien, c'est de baisser votre entropie ; le mal, d'augmenter votre entropie. Donc, le tout est la lutte du bien et du mal. Nous venons ici avec l'idée que nous allons l'abaisser et si nous faisons de bons choix, chaque fois que nous faisons un choix, ce choix diminuera un peu l'entropie ou l'augmentera un peu. Si le choix est celui de la colère, cela va l'augmenter un peu. Si c'est un choix de bienveillance, ça va mener à des niveaux inférieurs, tout fonctionnera mieux.

C'est donc la nature de la réalité.

 

Est-ce pour cela que nous nous sentons normalement mieux quand nous faisons du bien ?

Tom: Oui, c'est pour cette raison. Parce que nous évoluons notre qualité comme nous le ressentons, comme nous le faisons. Lorsque nous faisons du bien, nous nous sentons mieux. Notre vie s'améliore. Et si vous pouvez construire une conscience de bonne qualité, vous vivrez dans un endroit heureux. Il y aura de la joie dans les choses. Cela concernera tout ce qui vous arrivera.

Voici une façon vraiment rapide de comprendre la vie ; détendez-vous, voici un bref aperçu de la vie : des choses se produisent, et nous devons y faire face. C'est ça, la vie. C'est la vie de tout le monde. Les choses arrivent et nous devons y faire face.

Nous nous concentrons sur la manipulation des choses qui se produisent. Nous voulons nous assurer que tout ce qui se passe est la façon dont nous voulons que cela se produise. Nous avons donc du mal à les manipuler. Eh bien, ce n'est pas la bonne chose sur laquelle se concentrer, mais plutôt de savoir comment y faire face. Traitez-les avec attention, amour et compassion. Alors, vous allez grandir, votre vie s'améliorera et vous serez un individu plus heureux et plus satisfait.

Si vous essayez constamment de manipuler, de faire comme vous le souhaitez, c'est l'ego ! Et pourquoi faire ça ? Pourquoi ? Parce que vous craignez que ce soit autrement que ce que vous voulez.

Voilà donc la peur et l'ego qui veulent que vous croyiez qu'il doive en être ainsi. Alors, je me mets à penser qu'il doit en être ainsi pour une raison quelconque.

Voilà donc la nature de notre réalité. Voilà pourquoi nous sommes ici. Voilà notre but. C'est ce qui nous rend heureux ou misérables. Nous faisons tous notre propre malheur.

Et l'un des points clés de cette réalité, et je n'essaierai pas de le déduire ici, car on n'a pas le temps, c'est qu'il y a du retour d'information, et l'un des instruments du retour d'information est que nous arrivons à modifier les probabilités futures.

L'avenir n'est pas un fait accompli. Nous avons le libre arbitre, mais il y a une probabilité que des choses puissent se produire à l'avenir et nous pouvons modifier cette probabilité avec notre intention.

Ainsi, l'intention modifie la probabilité future ; le système calcule la probabilité future en fonction des actions passées et de ce qui est possible. Il examine toutes les choses possibles et la probabilité qu'elles se produisent. Maintenant, chaque fois que nous incrémentons la simulation d'une unité de temps (appelé un ΔT), certaines choses devront être recalculées, puisque des choix de libre arbitre ont été faits ; ce qui est probable et ce qui est possible peuvent changer avec le temps. Il s'agit donc d'un domaine volatil en constante évolution, mais qui existe de toute façon, ce qui donne aux systèmes la capacité d'anticiper ce qui se passera ensuite. Il peut donc se préparer et nous donner des informations.

Il y a aussi cette base de données du passé qui est générée, avec le temps, par l'avenir probable qui se transforme en passé. Elle contient tout ce qui aurait pu arriver et la probabilité que cela se produise, plus notre fil d'histoire de ce que nous avons fait, ce que nous avons réellement fait.

Nous avons donc cette base de données des probabilités futures ; nous pouvons changer la probabilité de ce qui va se passer ensuite. Maintenant, je ne veux pas dire que nous pouvons en faire ce que nous voulons ; nous pouvons simplement la modifier, la changer. Bon, peut-être que si c'était à un million contre un et que nous essayions vraiment très fort, nous pourrions le ramener à mille contre un, changement énorme, mais qui ne produira probablement pas d'effet ; en cela, vous ne pouvez pas simplement obtenir ce que vous voulez, mais vous pouvez changer les choses.

En cas d'incertitude, vous pouvez apporter des modifications ; là où il y a peu d'incertitude, il n'y a pas beaucoup de place pour le changement, car vous ne pouvez changer les choses que dans l'incertitude naturelle du problème. Cela explique ainsi beaucoup de choses.

Cela explique des choses comme l'effet placebo. Comment l'effet placebo fonctionne-t-il ? Généralement, c'est avec des médicaments, parce qu'un médecin dit à quelqu'un qu'il a ce merveilleux médicament et que cela leur fera du bien. Ainsi, c'est une intention très positive.

On le sent bien. J'ai ce super médicament, ça va améliorer les choses. Cette intention positive aide en fait les choses à s'améliorer ; pas seulement penser qu'elles vont s'améliorer ou simplement penser qu'ils se sentent mieux quand ils ne vont vraiment pas mieux, non ; cela les fait en fait se sentir mieux. C'est l'effet placebo - c'est l'intention de modifier la probabilité future. Et cela nous arrive à tous.

L'une des conséquences est que ce monde dans lequel nous vivons est vraiment, à bien des égards, créé par nous, parce ce que nous obtenons ce que sont nos intentions ; parce que nous forçons ou aidons les choses à devenir réalité, en aidant le futur à entrer dans notre réalité du présent, en fonction de nos intentions.

Donc, si vous regardez le monde et que vous dites « mon Dieu, c'est un endroit horrible, vous savez, il y a des guerres, tout le monde se bat, vous savez, les gens essaient de profiter, vous savez, il y a de la cupidité, il y a des arnaques… » et si vous regardez cela… oui, c'est nous. Il s'agit d'une description précise du niveau moyen d'entropie ou de la qualité de conscience chez les êtres humains. Alors, oui, c'est nous. Et quand nous irons mieux, tout cela ira mieux.

Et si nous ne nous améliorons pas, cela ne s'améliorera pas. Donc, pour essayer d'améliorer les choses, ce que vous devez faire, c'est travailler sur vous-même. Vous ne pouvez changer personne d'autre que vous-même. Donc, nous pouvons y aller, et prendre ce poste gouvernemental ou faire tomber ce dictateur ou combattre ce système monétaire ou quoi que ce soit qui nous semble être le problème, et le changer. Mais si nous, les gens, ne changeons pas la qualité de notre conscience, en très peu de temps, tout redeviendra comme c'était. Ça sera de nouveau injuste.

Ça n'aura pas d'effet. Bien sûr, vous mettez quelqu'un à la place qui est une personne merveilleuse, mais cette personne merveilleuse ne vit pas éternellement. Et les gens normaux finissent par revenir et peu importe comment, ça arrivera exactement comme ça. Donc, essayer de réparer depuis l'extérieur, réparer le monde, réparer les politiciens, réparer nos voisins ou les gens qui ne sont pas gentils… Aller les réparer ? Ça ne marche pas ! Tout cela fonctionne si nous nous réparons nous-mêmes : c'est la seule personne que nous pouvons réparer, et si nous y arrivons, c'est notre contribution maximale au monde.

Maintenant, cela ne signifie pas que vous deviez vous asseoir simplement et ne pas participer au monde. Bien sûr, sortez et protestez ! Levez votre pancarte ! Vous savez, faites du bruit, car c'est éducatif ! Tant que c'est éducatif, que cela aide les autres à voir une image plus grande, eh bien, cela nous aidera à changer. Alors oui, impliquez-vous ! Mais vous devez réaliser que le but, ici, est l'éducation, pas brûler quelque chose. Pas exécuter les méchants. Pas remplacer le président ou quoi que ce soit.

Ce n'est pas la clé. La clé est d'éduquer les gens afin qu'ils voient la situation dans son ensemble et à mesure qu'ils grandissent, nos institutions, nos gouvernements, nos systèmes économiques deviendront plus gentils et plus doux à mesure que nous devenons nous-même plus gentils et plus doux. Ils ne deviendront pas plus gentils et plus doux si nous ne devenons pas nous-même plus gentils et plus doux. Cela dépend donc de nous. Et comme je l'ai dit, votre contribution maximale est de vous améliorer, vers une conscience de meilleure qualité.

Voilà donc où aboutit la vaste théorie de la physique par laquelle j'ai commencé. Et au fond, la réalité virtuelle est la clé de cette idée. Elle répond aux questions, et je veux dire par là : elle marche ! Elle relie tous les points de la science, de la philosophie. La philosophie ? Vous savez, le Bouddha a dit que tout n'était qu'illusion. Eh oui, c'est juste une illusion. Autrement dit, c'est une réalité virtuelle. Il était donc assez proche d'avoir raison là-dessus.

Vous avez probablement entendu l'expression « l'amour est la réponse ». Il semble de nos jours que tout tourne autour de l'amour, de l'attention et des autres. Et bien, c'est vrai ! Nous entendons des expressions comme « nous sommes tous reliés ». Eh bien, oui, c'est un système de conscience plus large. Et nous sommes tous connectés. Et nous sommes tous en réseau, afin que nous puissions communiquer entre nous à travers ce réseau de conscience, si vous voulez.

C'est de là que viennent les archétypes de Jung. C'est notre communication intérieure avec tout le monde : autrement dit, une culture. Les gens qui s'identifient à cette culture sont tous connectés d'une certaine manière par leur conscience. C'est ainsi que vous apprenez à travers votre culture que cette réalité serait juste physique. Eh bien, ce n'est pas vrai. C'est une croyance culturelle. Donc, vous comprenez : vous l'inférez de l'époque. Personne ne vous l'explique, c'est juste là, ça fait partie de votre inconscient.

Et alors, quand redevient-on le joueur? Quand notre conscience redevient-elle elle-même ? Quand arrête-t-on d'être l'elfe dans le jeu ? Le fait-on à chaque partie ? Le fait-on nuit, ou quand on meurt ?

Tom: Ah. OK, donc vous êtes le joueur.

En fait, nous jouons toujours — si nous sommes ici, si nous avons un avatar ici, nous, la conscience, nous jouons cet avatar. Je joue avec mon corps, vous jouez avec votre corps et nous sommes vraiment conscients d'avoir une conversation parce que c'est un jeu multijoueur et qu'il est exécuté sur l'ordinateur de la conscience.

Alors, peut-être que nous sommes dans la même salle de jeu et que nous jouons juste ensemble ?

Tom: Oui, nous sommes des joueurs et nous interagissons, donc nous jouons ensemble comme des gens sur Internet qui jouent tous à World of Warcraft ou Fortnite ensemble. Nous sommes donc des joueurs. Et toute cette expérience de vie que j'appelle un paquet d'expérience, que nous avons depuis notre naissance jusqu'à notre mort - nous sommes le joueur de cet avatar.

Quand nous mourons, la conscience ne meurt pas plus que le joueur qui joue à World of Warcraft ne meurt ; personne ne meurt. Eh bien, l'elfe, que fait-il dans World of Warcraft ? Il doit retourner au cimetière ou quelque chose comme ça et recycler ses composants pour revenir dans le jeu. Nous devons nous recycler.

On revient aussi dans le jeu. Pourquoi? C'est une exigence logique, car l'apprentissage doit être cumulatif. Vous ne pouvez pas apprendre quelque chose de vraiment complexe et difficile en un seul coup. Vous n'apprenez rien d'un coup, vous devez apprendre A avant d'apprendre B avant d'apprendre C… c'est un processus cumulatif, itératif par nature. Et cela nécessite de nombreux cycles, car devenir l'amour n'est pas une chose facile à faire : c'est un changement profond de nous-mêmes au niveau de l'être.

Il faut donc de plus en plus d'itérations, et c'est notre travail. Vous voyez, nous, la conscience, nous avons individualisé les unités de conscience qui jouent dans cet entraîneur virtuel de réduction d'entropie, nous faisons partie de la stratégie du système de conscience plus large pour la survie, la stratégie pour abaisser son entropie. Et nous avons besoin de cette réalité virtuelle.

Nous avons donc des retours d'information afin de pouvoir vraiment prendre des décisions qui signifient quelque chose pour nous, afin de pouvoir en voir le résultat. Nous obtenons une réalité qui nous reflète. Cela nous permet d'évaluer ce que nous faisons — prendre un journal, regarder les nouvelles de la journée : voilà comment nous faisons.

Nous bénéficions donc de cette rétroaction… c'est ainsi. Donc nous mourons, mais nous « la conscience » ne mourons pas : nous continuons simplement. Et finalement, nous nous retrouvons à nouveau dans une autre expérience, on nait, ou meurt et une autre expérience se prépare. Parce que ce genre d'apprentissage fonctionne ainsi.

Pensez-vous que nous pouvons être plusieurs joueurs à la fois ?

Tom: C'est possible. Oui, parfois nous le faisons. Parfois, les unités de conscience individualisées auront deux joueurs. En fait, vous savez, quand vous pensez en termes de systèmes d'information numériques, il y a là une énorme flexibilité. Vous pouvez donc presque tout faire, et le système aussi. Donc, oui, ce n'est pas la norme, cela n'arrive pas souvent, mais oui, parfois un joueur aura plusieurs incarnations, disons incarnations ou paquets d'expérience, en même temps.

Au contraire parfois, plusieurs joueurs travailleront ensemble. Ils s'incarneront en groupe afin de pouvoir interagir parce qu'ils ont trouvé qu'ils sont bons ensemble pour faire émerger les choses qui doivent être abordées les uns avec les autres. Cela se produit, mais encore une fois, ce n'est pas la norme non plus ; cela dépend où vous en êtes dans le processus d'évolution. Si vous êtes au début, vous avez juste besoin de le vivre. Vous avez juste besoin de l'expérience. Alors vous vous lancez dans les cycles.

Le temps est-il le même dans la réalité virtuelle et dans la réalité du joueur ? Quand vous mourrez et que vous choisissez de jouer un nouveau rôle, cela peut-il être dans le passé ?

Tom: Non, ça ne peut pas être dans le passé. Le temps est une chose fondamentale. Le temps vient avec l'idée de conscience et de choix et avec l'idée d'évolution. S'il y a des choix, alors il doit y avoir du temps. S'il y a évolution, il doit y avoir du temps. Comprenez, si vous avez le choix, alors il y a ce qu'il y avait avant de faire le choix et ce que vous avez après avoir fait un choix. Parce qu'un choix fait une différence. Donc, il y a un état avant et après : si vous arrivez à un état avant et après, vous avez le temps ; si vous évoluez, vous passez d'un état à un autre état.

L'évolution implique le temps. Le temps est fondamental. Donc, le temps avance. Le progrès avance. Et le passé n'évolue pas. C'est juste un enregistrement du passé. Les personnages du passé, notre passé, sont des modèles de nos probabilités. C'est nous en entier - pas seulement les choses que nous avons faites, mais tout ce que nous avons pensé, tout ce que nous avons ressenti : on retrouve tout ce qui nous concerne dans ce passé.

Donc, ce que vous voulez dire, c'est que le temps dans la réalité virtuelle est le même que celui dans la réalité des joueurs ?

Tom: Non, pas exactement : ils ne suivent pas tous la même horloge, mais ils se déplacent tous dans la même direction. C'est parce que la réalité virtuelle est calculée et qu'elle a une boucle de temps externe, de sorte qu'elle va tout recalculer chaque ΔT : sur votre ordinateur, cela s'appelle le taux de rafraîchissement. Par exemple, si c'est un ordinateur, tous les pixels sont recalculés 60 fois par seconde. L'intensité et la couleur, tout est recalculé, chaque pixel, chacun au soixantième de seconde. C'est le ΔT dont je parle.

Notre réalité virtuelle a donc ce ΔT, c'est le taux de rafraîchissement. Et cela est défini afin de produire une résolution temporelle dont nous avons besoin ici pour en faire une bonne réalité virtuelle fluide. Tout comme il y a aussi un ΔX qui spécifie la résolution dans l'espace.

Le temps de Planck et l'espace de Planck ?

Tom: Le temps de Planck et l'espace de Planck. Si vous divisez l'espace par le temps, vous obtenez une vitesse : c'est la vitesse de la lumière. Parce que le temps, l'intervalle ΔT doit être une constante, parce que vous ne pouvez pas avoir un taux de rafraîchissement aléatoire : sinon, votre réalité sera très bizarre, très déformée, ce ne serait pas un bon laboratoire d'apprentissage, et vous ne pourriez pas avoir d'espace avec des pixels qui seraient des gros pixels et des petits pixels parce que tout serait comme dans un labyrinthe de miroirs de parc d'attractions où tout est déformé dans l'espace.

Le ΔT doit donc être une constante. Et le ΔX doit être une constante.

Longueur de Planck, durée de Planck. Divisez-les, vous obtenez c, la vitesse de la lumière. Voilà donc la constante, c'est pourquoi c est une constante. Maintenant, je viens d'utiliser la longueur et le temps de Planck simplement parce qu'ils existent et que la physique dit qu'ils sont sur le point où l'espace devient granulaire.

L'espace devient granulaire à la longueur de Planck et le temps devient granulaire à la durée de Planck. Je les utilise donc. Maintenant, cela peut s'avérer être autre chose que ceux-ci, mais parlons-en parce que c'est notre meilleure estimation à l'heure actuelle.

Dans tous les cas, une réalité virtuelle a besoin d'un ΔT dans un ΔX pour spécifier la résolution à la fois dans le temps et dans l'espace. C'est par là qu'on commence, car cela spécifie la vitesse et les besoins en mémoire de calcul.

Alors, qu'est-on venu faire ici ? Vous voulez savoir ce que vous êtes venu faire ? Qu'est-ce que cela signifie pour moi ? Bon, ce que cela signifie pour vous, c'est que ce que vous êtes ici pour vous débarrasser de votre peur et vous débarrasser de votre ego, et grandir. Cela rendra votre vie meilleure et la vie de tous les autres aussi. Vous ferez partie de la solution.

Si vous ne le faites pas, vous faites partie du problème. Donc, si vous voulez faire partie de la solution, vous devez vous débarrasser de cette peur. Comment vous débarrasser de la peur ? Eh bien… les peurs sont difficiles à trouver parce que la plupart de nos peurs sont enfouies dans notre subconscient et que nous ne savons même pas qu'elles sont là… mais elles nous influencent tout le temps.

Voici la façon de faire : au lieu d'aller directement confronter la peur, réalisez que la peur crée votre ego et vos croyances. Les croyances sont en quelque sorte sacrées pour les gens et ils ne veulent pas les remettre en question, ce qui nous laisse l'ego comme un bon moyen d'aborder cela.

Alors, quand avez-vous de l'ego ? Quand exposez-vous l'ego? L'ego, c'est chaque fois que vous vous sentez négatif. Si vous êtes en colère, si vous êtes contrarié, si vous êtes anxieux, si vous avez de l'anxiété, si vous êtes frustré… Vous voyez, toutes ces choses sont des sentiments négatifs et sont toutes basées sur la peur, mais elles sont en fait une expression de l'ego. C'est à propos de MOI. La peur concerne toujours le « MOI ». Il s'agit toujours de MOI. Donc, l'ego se préoccupe de MOI.

Donc, si vous avez un de ces sentiments négatifs, si vous vous sentez malheureux, si vous vous sentez peu aimable, si vous vous sentez incompétent, si vous n'êtes pas sûr, si vous ne vous sentez pas en sécurité… Eh bien, tout cela c'est de l'ego !

Suivez la route de l'ego pour trouver la peur qui crée l'ego : c'est ainsi que vous identifierez la peur. Et quand vous aurez trouvé cette peur, le seul antidote à la peur est le courage.

Donc, lorsque vous trouvez cette peur, cela vous aidera d'abord à savoir ce qu'est la peur plutôt que cette chose non identifiée vous dirigeant depuis votre subconscient. Donc, déjà, nommer la peur - « Oh, c'est ma peur ? Voilà pourquoi j'ai cet ego. Voilà pourquoi j'agis de cette façon. Voilà pourquoi j'ai besoin que tout soit de cette façon. Voilà pourquoi tu m'énerves. Ah, en fait, tu ne me mets pas en colère. En fait, j'ai choisi d'être en colère. »
Vous voyez, vous devez assumer la responsabilité de vos choix. Vous êtes en colère parce que vous choisissez d'être en colère. Vous pouvez choisir d'être autrement qu'en colère. Mais vous n'êtes probablement pas au courant de cela parce que vos peurs sont enterrées quelque part, et la colère en est la résultante.

Alors, quand vous découvrez la source de cette colère, de cette peur, et que vous la comprenez, acceptez-la.

Dites simplement : « OK, je suis incompétent ou je ne suis pas sûr de moi, je dirai alors que je suis incompétent si je suis incompétent. J'accepte que je ne sois tout simplement pas très bon dans ce que je fais, que je ne sois pas très bon dans la vie, que je ne sois pas très bon en tant que parent ou pas très bon dans mon travail ou autre chose, et c'est une de mes peurs. Donc, c'est vrai, je fais semblant, tout le temps. J'agis comme si j'étais vraiment bien, vous savez et je pousse un peu les gens à me défier parce que c'est comme ça que je gère cette peur. » 

Simplement, admettez-le. Accepte-le. « Je ne suis tout simplement pas compétent. Mais je vais quand même faire de mon mieux et je pourrai peut-être apprendre à être plus compétent. »

Parce qu'une fois que vous admettez la peur, il est facile de devenir plus compétent. Tant que vous êtes dans le déni, c'est un problème : il est impossible de devenir plus compétent. Alors, travaillez là-dessus. Une fois que vous l'acceptez, vous l'avez essentiellement désarmée. Elle ne peut plus vous mordre parce que vous l'acceptez.

« OK. C'est comme ça que je suis. » Alors maintenant, vous n'avez plus à le cacher. Vous n'avez pas à vous en échapper. Vous n'avez pas à le nier. Vous l'avez accepté. Maintenant, vous pouvez y faire face. Vous voyez, au lieu d'être intimidé et manipulé, vous pouvez y faire face et vous le faites en lâchant simplement prise sur la peur, et ce que vous découvrez, c'est que c'est un tigre de papier. Il n'y avait pas de dents dans cette bouche de toute façon.

Et vous n'étiez pas vraiment tellement incompétent. Vous aviez juste cette peur d'être incompétent. Pourquoi? Par exemple… quand vous aviez 6 ans, peut-être que tout le monde vous disait tout ce que vous faisiez de mal ? Et vous en avez juste tiré ce sentiment que vous étiez incompétent. Vous transportez donc cette peur avec vous.

Vous découvrez donc que c'est un tigre de papier sans dents. Alors la charge se détache et vous vous sentez tellement mieux. Et maintenant, il vous est beaucoup plus facile de développer vos compétences. Parce que vous ne luttez plus avec cette peur. Voilà donc comment cela fonctionne.

Voilà comment procéder. Allez enfin identifier tous ces moments où vous vous sentez négatif. Remontez à la peur. Acceptez la peur. Et lâchez prise. Ayez le courage. C'est là que le courage entre en jeu : vous devez avoir le courage d'accepter cette peur et de continuer quand même.

Cela demande beaucoup de courage. C'est facile à dire, mais plus difficile à faire. Mais si vous le faites, vous constaterez que ces peurs vont simplement fondre. N'essayez pas de faire face à toutes en même temps, allez-y une par une. C'est déjà bien.

 

C'est intéressant : je rencontre généralement des jeunes hommes plutôt que des jeunes femmes, qui me disent « je n'ai pas d'ego et je n'ai pas peur »… Alors je leur demande : « avez-vous parfois des sentiments négatifs ? Vous mettez-vous en colère, êtes-vous parfois bouleversé ? Pensez-vous que vous êtes maltraité ? — Oh oui, tout le temps ! »

Alors je dis : « nous allons remonter cela et voir si vous ne pouvez pas trouver d'ego à la racine » ; puis je les revois trois mois plus tard et c'est toujours : « Oh mon dieu ! J'ai découvert que tout ce que je fais est basé sur l'ego ! Et la peur ! Je suis totalement contrôlé par mon ego et ma peur ! »

Et si vous regardez, c'est ce que la plupart des gens découvriront : ils sont totalement contrôlés par leur ego, leurs peurs et leurs croyances. Nous sommes ici pour apprendre : choisissez-en une. Choisissez-en une petite, et travaillez dessus, débarrassez-vous-en, puis choisissez la suivante. C'est le travail d'une vie. Ne croyez pas que c'est quelque chose que vous allez faire en une semaine. C'est quelque chose que vous accomplirez partiellement en une vie. Mais travaillez donc dessus : c'est ça, le truc.

Alors, peu importe que vous le fassiez exactement comme il faut. Est-ce que je le fais bien ? C'est bien ce qui se passe ? Non, faites-le, simplement. Faites-le et suivez votre intuition : vous verrez le résultat. Le résultat sera que vous serez beaucoup plus heureux, vous serez une personne plus joyeuse, tout comme tous ceux qui interagiront avec vous, car en grandissant, vous aiderez les autres à se sentir mieux aussi.

C'est cela que je voulais dire aux gens sur ce qu'ils peuvent faire pour se changer, ce qui changera finalement le monde.


O